Le panier paysan

Publié le par Thomas Pelletier

Article gentillement rédigé par ma moitié...

Manger des légumes 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 

Difficile de trouver dans nos « super »-marchés habituels des légumes venant de producteurs locaux, respectueux de l’environnement et de notre santé.

Il faut donc pour cela se tourner vers d’autres façons de consommer. 

Pour cela, on peut faire appel à des AMAP (pas d’intermédiaire entre producteur et consommateur) ou encore à des sociétés qui s’occupent de la confection et de la  livraison de produits locaux. 

D’une manière générale, les points positifs de cette démarche sont les suivants (non exhaustif !) : 

  • manger des produits SAINS (et pas gavés de pesticides)
  • faire travailler des producteurs LOCAUX (adieux les tomates de Belgique et les fraises d’Espagne faisant travailler les immigrés) avec le moins d’intermédiaires possible
  • manger diversifié (on ne se limite plus au « banane-pomme-tomate-courgette-haricots-verts » ; le plaisir de découvrir des légumes non calibrés ou oubliés (le pâtisson, des tomates vertes ou noires, le panais, le chou-rave, etc.)
 
 

Voici une liste non exhaustive de panier, AMAP et autres : 

  • Le panier bio avec engagement : Selon votre région, les sociétés diffèrent (par exemple : Materre pour les Bouches du Rhône) mais c’est le même principe. Mettre à disposition des paniers de fruits et légumes frais et de saison, issus d’agriculture labellisée AB. Prix : environ 15€ le panier de 4,5kg (pour 2 personnes mais ça fait un peu juste) et 22€ le panier « famille » de 8 kg.

Pas de livraison à domicile mais à un point de dépôt généralement. Possibilité de livraison au travail si le nombre de paniers est important (une vingtaine pour Materre).  

  •  
    Avantages : prix intéressant pour se mettre au bio en douceur. Inconvénients : engagement ; quantité insuffisante pour les gros mangeurs de légumes ; livraison à domicile pas possible ; généralement pas de choix possible dans la confection des paniers
 
 
  • L’AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne) est, en France, un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme locale, basé sur un système de distribution de « paniers » composés des produits de la ferme. C’est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui payent à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie par le type de production et le lieu géographique. Ce système fonctionne donc sur le principe de la confiance et de la responsabilisation du consommateur. (Définition de Wikipédia)
 
  •  
    Avantages : aucun intermédiaire ; relation humaine directe avec le producteur, possibilité d’arrangement (de « troc ») pour éviter certains légumes. Inconvénients : engagement ; pas de livraison possible (selon les villes, il y a une permanence à tenir à tour de rôle pour les paniers) ; liste d’attente TRES longue !
 
 
  • Le panier sans engagement (Le panier paysan dans le Vaucluse et les Bouches du Rhône). Je parlerai ici de la seule entreprise de ce type que je connais, « Le Panier paysan » ; mais ce serait étonnant qu’il n’y ait pas d’entreprise similaire sur le reste du territoire français ;-)
 

Il s’agit d’une entreprise de l’Ile-sur-sorgues (84) qui propose, sans aucun abonnement, de commander des paniers variés (comprenant a minima des fruits et légumes, des fromages, des œufs et yaourts et avec ou sans viande/poisson) et de se faire livrer à l’endroit que l’on souhaite (par exemple, des fois à domicile et des fois au bureau pour nous). Le montant minimum de commande est de 70€ (panier d’environ 12 kg) ; ça peut paraître beaucoup mais il faut se rappeler tous les produits que contient le panier (fromages, yaourts, œufs, viande). Normalement il vous dispense de faire les courses (à part le papier toilette et le lait peut-être ;-) ). 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Un exemple de panier paysan 

Pour donner un ordre d’idée, avec un panier à 75€ (intitulé « Goûtez le Vaucluse »), une famille de 2 gourmands mange des légumes tous les jours pendant 1 semaine et demie (pas le midi en semaine). Soit 37,50€ par personne pour 1,5 semaine de repas. A vous de faire le calcul ! Nous, c’est tout vu, entre le temps, la fatigue des courses épargnés et la qualité des produits, on est gagnants ! 

  •  
    Avantages : peu d’intermédiaires ; livraison à domicile avec respect de l’horaire annoncé ; produits de très bonne qualité ; souplesse, possibilité d’achat de viande, poisson et féculent ; panier varié d’une semaine sur l’autre ; très bons commerçants, à l’écoute des clients. Inconvénients : montant minimum de commande et donc quantité minimale à commander qui est peut-être trop importante pour de petits mangeurs ; tous les produits ne sont pas bios.
 
 
 

Quelque que soit la formule choisie (AMAP, paniers etc.), des idées recettes accompagnent à chaque fois le panier pour nous aider à accommoder des légumes dont nous n’avons pas l’habitude.

Par exemple, celle de notre panier paysan hebdomadaire nous conseillait des côtelettes marinées sur lit de poivron… Cela fait partie maintenant des classiques à la maison ! 
 

Il n’y a plus qu’à faire votre choix et à tester ! C’est une démarche que vous ne regretterez pas. Non seulement vous avez le plaisir de déguster de bons produits sains dont vous connaissez la provenance mais vous avez aussi la satisfaction de faire travailler des producteurs locaux. 

Enfin, je complèterai cette présentation par quelques sites de cuisine bio (ou non) qui accompagneront très bien votre démarche de « mieux manger » : 

Cléa Cuisine

Violette, de l’amour dans l’assiette

Lignes et Papilles, un légume ou fruit vedette chaque semaine,

Makanai 

Et puis il y a aussi mon humble blog Les recettes de Racoonnette 
 

Et enfin, parce que je suis une grosse bavarde et que je trouve que c’est important : 

Le panier, AMAP ou autre permet de retrouver la valeur des choses. On ne mange pas du vrai jambon cru sans sucre ni colorant de la même façon que celui du supermarché. La différence de prix (qui n’est pas toujours là d’ailleurs) nous aide à prendre conscience de la valeur du travail de ceux qui sont à l’origine de ce qui est dans notre assiette.

On découvre des légumes avec du goût, avec de la « gueule ». On prend plaisir à les cuisiner et les manger.

Merci donc à ceux qui se battent pour que ceci soit possible. Tout le monde est gagnant : les agriculteurs, les consomm« acteurs », et la nature. 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 
 

PS : je n’ai pas abordé dans cet article, les petits primeurs et les marchés, pour la simple raison que je n’ai pas été satisfaite de ceux de mon quartier. Je ne doute pas qu’il en existe des respectueux des choses énoncées plus haut. 

Je n’ai pas non plus abordé les associations où l’on fait la cueillette soi même, mais sachez que ça existe. (cf. Chapeau de paille ) 

A signaler aussi « Paysan.net » qui vous met en relation directe avec les agriculteurs de votre région.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article