Fossiles impossibles

Publié le par Petit Tom

Photo de Roelf Marx

Les objets sortis des entrailles de la terre qui sont exposés dans les musées sont ceux qui s'inscrivent parfaitement dans la lignée orthodoxe de la science officielle.
Ceux qui vont suivre sont ces "objets hors contexte qui viennent remettre en cause cette belle architecture simpliste.

Malheureusement, beaucoup de ces objets ont disparu et pour la plupart il ne nous reste que leur description lors de leur découverte.

On remarquera plusieurs éléments :

Ces gens tout à fait respectables n'ont gagné que le ridicule, en réponse à leur honnêteté et leur courage d'avoir rendu publique leur trouvaille.

Ces découvertes fortuites se sont produites la plupart du temps devant témoins.


- Entre 1786 et 1788, près d'Aix-en-Provence, plusieurs trouvailles ont été faites dans une carrière de calcaire, dans laquelle les couches de roche alternent avec des strates de sable et d'argile.
A une quinzaine de mètres sous le niveau du sol, dans une couche de sable, des ouvriers trouvèrent tout d'abord des bouts de colonnes et des blocs déjà taillés ; plus bas, des pièces métalliques faisant penser à des pièces de monnaie, des manches d'outils en bois pétrifiés, une grande planche de bois également pétrifiée. Le tout daterait de 300 millions d'années.

1844, en Ecosse, entre les rivières Tweed et Rutherford, des ouvriers trouvèrent un fil d'or incrusté dans la roche à 2,5 mètres de profondeur.

- 1865, un morceau de feldspath, retiré d'une mine de Treasure City ( Nevada ), contenait les restes oxydés d'une vis effilée. La pierre est âgée de 21 millions d'années.

- En août 1870, à Lawn Ridge près de Peoria ( Illinois ), avec deux autres compagnons, J.W. Moffit trouva une pièce dans les gravats du puits artésien qu'ils étaient en train de forer.
Professeur A. Winchell étudia l'objet composé d'un alliage de cuivre non identifié à l'époque. Malgré la morsure du temps, la pièce ronde présentait des arêtes bien découpées et une épaisseur remarquablement uniforme. Le dessin, représentant un visage féminin surmonté d'une couronne, semblait avoir été gravé à l'acide. Sur l'autre face, un animal aux longues oreilles pointues avec une longue queue effilochée, était accompagné d'un autre ressemblant à un cheval. Sur le pourtour des deux faces, les caractères d'une écriture inconnue se laissaient deviner.
Trouvée à plus de 30 mètres de profondeur, elle pourrait être âgée de 100 000 à 150 000 ans.

- En Afrique du Sud, au Transvaal Occidental, près d'Ottosdal, les mineurs ont remonté depuis 30 ans, près de 200 objets métalliques sphéroïdaux.
Ces sphéroïdes sont de couleur bleu acier avec des reflets rouges et tachetés de petits filaments blancs.
Ils sont en acier au nickel, que l'on ne trouve pas à l'état naturel, ce ne sont donc pas des météorites !
Certains, accidentellement cassés, sont remplis d'un matériau spongieux qui se transforme en poussière au contact de l'air.
Ces globes sont extraits d'une couche rocheuse datée géologiquement de 2,8 à 3 milliards d'années ( confirmé à l'aide de techniques de datation isotopiques ) !
Ils sont exposés au musée sud-africain de Klerksdorp, où le conservateur R. Marx a remarqué que mystérieusement, alors qu'ils sont enfermés dans leur vitrine, ils tournent lentement sur leur axe.

Source : LDI5

Publié dans impossible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article