Charbon propre ?

Publié le par Thomas Pelletier

Les États-Unis sont le pays consommant le plus d’électricité au monde. Environ 4000 milliards de kWh (kilowatt-heure) annuellement. La Chine suit avec une consommation de 2000 milliards de kWh par année (le Canada est au 6e rang avec 550 milliards de kWh).

Ces deux pays ont aussi la particularité de produire une grande partie de leur énergie par le charbon : 50 % pour les États-Unis et 70 % pour la Chine. Or, le charbon est la source de production d’énergie la plus polluante en termes d’émissions atmosphériques, et les deux pays reposent sur des réserves quasi infinies de charbon. En plus, ni les États-Unis ni la Chine n’ont signé le Protocole de Kyoto.

Les futures centrales au charbon devraient être beaucoup moins polluantes, si l’on se fie à l’annonce du président Bush en 2003 quant au projet de la FutureGen. Cette centrale expérimentale sera la toute première centrale au charbon à produire de l’électricité et de l’hydrogène et à faire de la séquestration de CO2. Prévue être fonctionnelle en 2012, elle utilisera le procédé nommé Integrated Gasification Combined Cycle (IGCC).

Dans le procédé IGCC, le charbon, au lieu d’être brûlé directement, est oxydé afin de produire un gaz synthétique appelé syngas. On extrait ensuite chimiquement le CO2 et l’hydrogène contenus dans le syngas. Le CO2 est acheminé par pipeline à un lieu de stockage et l’hydrogène est stocké dans des piles à hydrogène. Le syngas est alors brûlé dans une turbine à gaz, ce qui produit de l’électricité.

[description des possibilités de stockage]

Pour ce qui est des risques de fuites, le GIEC estime que sur une période de cent ans, les réservoirs géologiques pourraient retenir de 90 % à 99 % du CO2 stocké. Puis il ajoute «qu’une concentration élevée de CO2 dans le sous-sol peu profond peut avoir des effets mortels pour les plantes et les animaux du sous-sol et contaminer les eaux souterraines et que l’élévation de la pression attribuable à l’injection de CO2 pourrait provoquer de petits phénomènes sismiques».

Commentaire personnel : tant que nous garderons ce paradigme de production d'énergie centralisée, les hommes inventerons ces "usines à gaz" pour produire de l'énergie. Vous rendez vous compte comme le procédé est compliqué et risqué. Les risques sont de même envergure que ceux du nucléaire avec une densité énergétique dérisoire en comparaison. La solution s'axerait selon moi comme ceci :

- décentralisation au maximum grâce aux énergies renouvelables

- décroissance soutenable

- recherche fondamentale sur les énergies alternatives (machine Z)

Si nous ne suivons pas cette voie, nous connaitrons guerres, cataclysmes et pandémies. Vous me direz cela a déjà commencé...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article