Parabole du bus

Publié le par Thomas Pelletier

Il était une fois un bus lancé à grande vitesse dans une longue ligne droite dont on ne voyait pas la fin...

Dans le bus, certains ne se sentent pas du tout concernés par le trajet de ce dernier. Selon eux il n'est même pas la peine de se demander s'il y a un virage à prendre ou s'il y a un mur au bout du chemin, c'est toujours tout droit pas de problème. Ils sont très bien organisés et même s'ils sont moins nombreux que ceux qui se disent "quand même, on commence à prendre de la vitesse", ils sont bien plus puissants que les autres dans le royaume du bus. Ils ont tout verrouillé, bloqué les portes, mis un pantin au volant qui fait semblant de conduire. Pourquoi font ils ça ? Pour pouvoir profiter mieux que les autres des commodités du moyen de transport pardi. Air climatisé, traiteur, siège en cuir etc...

Ces gens là sont des autistes tout simplement....

Le problème est que certains scientifiques sont à l'avant du bus avec des jumelles et sont maintenant formels : "sans virage serré ou gros coup de freins nous fonçons à toute allure vers un précipice". Ils tentent de convaincre les passagers du bus de faire quelquechose mais ces derniers sont occupés à décider qui va remplacer le chauffeur du bus qui a très bien conduit tout droit mais qui est trop vieux maintenant. Il faut un chauffeur plus jeune. D'autres que les scientifiques essaient de leur faire comprendre qu'il ne faut pas un nouveau chauffeur qui s'occupe de tout, mais que tous s'y mettent pour faire dévier le bus de sa trajectoire et le freiner. Cela remet en cause leur manière de vivre dans le bus et demande des sacrifices de confort moral et physique. Du coup ils préfèrent nommer le nouveau chauffeur de bus parce que c'est plus simple il s'occupera de tout à leur place.

Ce qui devait arriver arriva. Le bus s'est écrasé après une chute, mortelle pour tout le monde.

Ceci a du survenir dans le passé et survient encore dans tous les bus du même type. La seule solution pour les passagers est de regarder loin devant, tous ensemble, dans la même direction. D'essayer que chacun se sente bien confortable dans son siège et profite du paysage tranquillement. Que quand arrive la fin du voyage pour eux, même s'ils ne savent pas pourquoi ils l'ont fait, ils sachent qu'ils n'empecheront pas les suivants d'en profiter pleinement.

Ejectons les chauffeurs et prenons le contrôle du bus. Mesdames et messieurs, ceci est un coup de bus. Que ceux qui veulent continuer tout droit le fasse dans un autre bus et descendent de suite. Pour les autres, le voyage n'en sera que plus agréable, faites vous confiance...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article