L'équilibre acido-basique entre acides et bases

Publié le par Thomas Pelletier

La plupart des gens ne pensent pas aux acides et aux bases en considérant leur corps mais plutôt en se rappelant vaguement leur cours de chimie de lycée.

C’est dommage car avoir conscience de la fragilité de notre équilibre acido-basique nous aiderait à conserver une bonne santé. 
 

Je vous présente les grandes lignes du livre « L’équilibre acido-basique ; source de bien être et de vitalité » du naturopathe suisse Christopher Vasey.



Il part du constat que notre alimentation actuelle tend à rompre l’équilibre entre les bases et les acides présents dans notre corps. La plupart d’entre nous tendent vers une acidification qu’ils ne sont pas en mesure de neutraliser. 


Le terrain acide 


Les conséquences de l’acidification du terrain sont multiples : rhumatisme, rhumes, caries, névralgies, manque de vitalité, etc. En effet, une acidification se traduit par une déminiralisation des tissus, d’où l’éventail large des manifestations possibles. 


Comme chaque espèce de plante s’épanouit dans un terrain spécifique (argileux, calcaire etc), il en est de même pour chaque organe de notre corps. Par exemple, la peau a un ph de 5,2, les sucs pancréatiques un ph entre 7,5 et 8,8 et celui du suc gastrique varie entre 1,6 et 3,2. 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.


Les cellules sont baignées de liquides (sang, lymphes), chargés de les alimenter et de les débarrasser de leurs déchets. Ce sont ces liquides qui constituent le terrain organique.

Si celui-ci souffre de carence, les cellules manqueront de quelque chose ; et s’il est au contraire surchargé (toxines, substances toxiques), il va dégrader les tissus.


On comprend alors mieux son importance et son rôle dans l’apparition des troubles. Le traitement des maladies passe par le traitement du terrain qui leur a permis d’éclore.


Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 

Regardons de plus près l’acidification du terrain : 


Elle peut être constatée si l’apport d’acides par les aliments et les boissons dépasse les capacités de neutralisation du corps ou encore si le corps lui-même, par ses déficiences et carences, produit plus d’acides qu’il ne le devrait (transformations chimiques incomplètes de certaines substances).

L’acidification peut aussi être causée par une mauvaise élimination par les reins et la peau. 


Pour préserver l’équilibre acido-basique adéquat à chaque organe, le corps a la faculté de neutraliser les acides en surplus en utilisant une base. Il s’agit du pouvoir tampon. 


Exemple de minéraux acides : soufre, phosphore, chlore, fluor, iode, silice etc.

Minéraux basiques ou alcalins qui peuvent neutraliser les acides : calcium, sodium, potassium, magnésium, cuivre, fer etc. 


Les bases utilisées sont prélevées dans les tissus eux-mêmes. Si l’apport d’acides est chronique, il est évident que le stock minéral alcalin du corps est mis à mal et que les conséquences sur notre santé ne seront pas longues à apparaitre. 


Les manifestations d’un terrain acide 


Nous venons de voir que par son système tampon le corps se déminéralise en présence d’acides.


Cela fragilise les articulations qui s’enflamment. « Le fait que les rhumatismes, l’arthrose etc. sont des  maladies résultant d’un terrain trop acide est une chose trop peu connue. Combien de malades pourraient être soulagés ou guéris si le traitement de leurs troubles articulaires ne se limitait pas à la prise d’anti-inflammatoire et d’antalgiques, mais s’attaquait aussi à la correction du terrain acide » regrette l’auteur dans le livre cité. 


Les acides agressent les tissus (osseux, intestinaux etc.). Les défenses sont affaiblies ; les organes les plus atteints par les acides sont l’objet d’infections répétées. 


Des dépôts se forment et peuvent provoquer calculs, articulations bloquées. 


Enfin, le travail chimique des enzymes est entravé par le terrain acide et n’est plus à même d’être aussi performant que nécessaire. S’en suivent par exemple une mauvaise oxygénation des tissus ou un affaiblissement des défenses immunitaires. 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

enzyme 


On comprend alors mieux la large palette de manifestion d’un terrain acide.


Celui-ci se corrige de différentes manières (alimentation, élimination, oxygénation) résumées très brièvement ci-dessous. 


 

Les facteurs d’acidification 


Il est normal que l’organisme ait à traiter des acides apportés par l’alimentation. Mais chez certaines personnes la neutralisation des acides se fait moins bien. L’acidification peut avoir plusieurs origines : 


Tout d’abord une suralimentation en acides ou aliments acidifiants.  


Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 

Exemple d’aliments acides (pour toute personne) : fruits pas mûrs, fruits acides (groseille, framboises, agrumes, prune, cerise), légumes acides (cresson, tomate, rhubarbe), jus de fruits, miel et vinaigre 

Exemple d’aliments acidifiants (pour une personne sensible aux acides) : viande, volailles, fromage, corps gras animaux, huiles végétales (sauf première pression extraite à froid), céréales, pain, pâtes, légumineuses, sucre raffiné, thé, café, cacao, boissons industrielles au cola.

Ces aliments sont la base de notre alimentation. Il ne faut donc pas les supprimer ; mais il s’agit de doser les quantités en fonction des capacités métaboliques personnelles. 

Une carence en vitamines ou oligo-éléments conduit aussi à un déséquilibre acido-basique. Les vitamines et oligo-éléments sont des activateurs d’enzymes, qui interviennent dans la tranformations chimiques des aliments. S’ils font défaut, les réactions chimiques sont incomplètes et des composés toxiques ne sont plus dégradés.


Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
vitamine B12

Exemple : le glucose se dégrade normalement, en phase anaérobie, en plusieurs acides (MIT, métabolites Intermédiaires Toxiques) qui ensuite réagissent avec l’oxygène, en présence d’enzyme particulière, pour donner de l'eau et du CO2, déchets inoffensifs et éliminables.


En anaérobie :

Glucose ->  acides MIT

(Métabolites Intermédiaires Toxiques) 


Puis, en aérobie :

acides MIT + O2  -> H2O + CO2 + énergie 

 


L’absence des enzymes de la 2ème réaction conduit donc à la présence d’acides dans le corps suite à l’ingestion de sucre, qui n’est pourtant pas un aliment acide.
 


La sous-oxygénation peut conduire aussi au même résultat. 


Il en est de même avec un surmenage physique. Les déchets accumulés dans les muscles par une activité très éprouvante sont moins bien évacués par une circulation ralentie à cause de la fatigue.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 

Enfin, une élimination insuffisante des acides par la peau et les reins peut conduire à une acidification organique. 
 

La lecture complète du livre est nécessaire pour se lancer dans une correction d’un terrain acide. Je ne pense pas qu’on puisse s’y atteler seul, sans l’aide d’un medecin compétent, mais la compréhension de ce mécanisme d’équilibre aide déjà à rectifier ses mauvaises habitudes (excès de citron et vinaigre par exemple). 

 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
 

Dans mon cas précis, c'est-à-dire de femme enceinte, la sage-femme qui me suit m’a appris qu’une acidification pouvait aussi diminuer la fertilité, que l’acidité se retrouvait dans le lait maternel et pouvait ainsi provoquer les coliques du nourrisson allaité.

Je prends donc depuis un mois des probiotiques pour améliorer mon équilibre acido-basique, et espère ainsi préserver notre futur enfant de coliques.


Article rédigé par Racoonnette
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article